Participation au Cluster avec Juratri le 27 mai 2014

Le projet de rénovation d’immeubles s’inscrit dans la programmation du 2ème Tour des solutions

Pour l’instant on n’en est encore qu’aux déclarations d’intentions et tout cela reste théorique mais toujours est-il que l’initiative méritait d’être relevée. Invitée par le le directeur exécutif de Juratri, Matthieu Grosset, mardi 27 mai, une quarantaine d’acteurs économiques du bassin lédonien, d’artisans, de chefs d’entreprises, de représentants des chambres consulaires et des collectivités territoriales se retrouvait à Conliège dans les locaux de Juratri afin de se pencher sur la création d’un pôle territorial de coopération économique en émergence.

Un « Cluster », selon le vocable choisi, dont le but déclaré serait de « rénover de manière exemplaire vingt immeubles de l’agglomération lédonienne pour le mieux vivre ensemble ». Au sein de ce collectif, se retrouveraient potentiellement, outre les partenaires économiques « classiques » et des experts , des associations, des structures d’accompagnement, les collectivités locales concernées du bassin Lédonien…

Les bâtiments n’ont pas été pour l’instant listés, l’opération n’en étant qu’à sa phase initiale.

« Les acteurs partenaires font le pari qu’en relevant ce défi, nous pourrons engager réellement et durablement notre territoire dans la transition énergétique des bâtiments, en dotant notre territoire de moyens, de compétences, de coopérations renforcées et pertinentes entre les différents acteurs », soutient Matthieu Grosset. Répartis par atelier de travail, les 34 participants à cette première réunion se sont astreints à un énergique « brainstorming » afin de définir les grands traits de cette (éventuelle) coopération future.

200 emplois à l’horizon 

Un vaste remue-méninges qui a permis de relever les freins économiques, statutaires et réglementaires qui pourraient faire obstacle et d’apporter dans le même temps des idées au moulin de cet ambitieux projet collectif qui, selon le PDG de Juratri, Pierre Grosset, pourrait déboucher « sur la création de 200 emplois dans le bâtiment et les travaux publics à l’horizon 2020 ». Et qui devrait permettre en sus de « ramener la population dans les centres-villes et au cœur des villages ». A condition qu’y soient associés la création et/ou le maintien de services de proximité, conditions sine qua non pour inciter de futurs locataires à s’installer dans ces immeubles qui feront l’objet d’une rénovation réfléchie. « Il s’agit de rénover en s’inscrivant dans la transition énergétique et pour ce faire, de choisir des matériaux naturels, moins énergivores que des matériaux traditionnels », évoque Pierre Grosset dont l’entreprise s’est régulièrement distinguée par des initiatives innovantes.

«C’est un mouvement d’entrepreneuriat social qui devra répondre aux besoins sociaux du territoire en respectant des principes d’actions comme le décloisonnement, la mutualisation, l’accompagnement à l’innovation que nous lançons. Nous enclenchons la dynamique. Tout seul, on ne peut rien faire ! Il faut d’une part une réelle volonté politique mais aussi l’adhésion des propriétaires et des bailleurs sociaux et l’implication de tous les acteurs », poursuit-il.

Ce projet créatif se veut participatif et s’intègre à la programmation du « Tour des solutions » (lire ci-dessous) dont la première étape avait lieu le 27 mai après-midi à la Saline Royale d’Arc-et-Senans. Au plan local, reste à dégrossir le mammouth et à affiner un projet qui n’en est qu’à ses balbutiements et qui ne manquera pas, comme souvent, de faire remonter des conflits d’intérêts que les protagonistes devront gommer avant de se lancer dans des travaux d’Hercule à la dimension de l’ambition collective. L’histoire en marche ?

Le Tour des solutions

Initié par le Mouves, le Tour des solutions 2014 a pour objectifs de mieux faire connaître les entrepreneurs sociaux partout en France et démontrer qu’ils peuvent être localement les moteurs d’un collectif d’acteurs divers (entrepreneurs, petites et grandes entreprises, pouvoirs publics, citoyens…) capable d’inventer, expérimenter et mettre en œuvre des solutions nouvelles aux besoins sociaux et environnementaux des territoires. Pour cette 2ème édition, le Tour des solutions aura également pour objet de mettre en relief le rôle des nouvelles technologies dans les innovations sociales de demain. Lancé en Franche-Comté, le Tour parcourra 7 régions entre mai et novembre 2014 pour s’achever les 19 et 20 novembre à Marseille. Chaque étape sera organisée autour de temps forts pour connaître et valoriser ce qui marche (témoignages, scénarios de projets innovants…), pour apprendre et transmettre (ateliers transfert de savoir-faire, ateliers de co-construction…) et pour rencontrer, dialoguer et décloisonner (speed-meetings, dialogues d’entrepreneurs…).